Chirurgie de l'Obésité: Solution de Facilitée VS Opération trop risquée.

before-you-build-you-must-have-balance-1090x613

 

 

Celles et ceux qui sont déjà passés par la chirurgie de l'obésité, ont sûrement eu à faire avec ces remarques. Celles et ceux qui sont en pleines démarches ou en pleines réflexions sur l'opération ont ou vont sûrement les entendre.. Moi la première, d'où cet article qui me trotte dans la tête depuis quelques jours.

Quand on parle "Opération de l'Obésité", j'ai l'impession que très souvent deux "clans" s'affrontent. Alors, ok, ma famille me soutient (beaucoup!), mes amies aussi, mais depuis que j'ai annoncée vouloir me faire opérer j'ai très souvent eu les mêmes réactions. Soit les gens trouvent que c'est la solution de facilité, soit au contraire trouve l'opération trop risquée (ma grand-mère la première!), alors voici mon point de vue sur la chose, puisque je suis concernée.

Je ne pense pas qu'on puisse dire à quelqu'un que c'est la solution de facilité. Personnellement, mon parcours à été: régime, WW, 90 Body challenge, arrêt des sodas et grignotage en dehors des repas, reprise du sport (aquabiking, marche), suivi diététique et nutritionniste. Donc quand j'entends ça, forcément ça fait grincer des dents. Parce que "NON" je ne choisi pas la facilité, "OUI" j'ai déjà tout essayé. "Facilité" et "Risque" se retrouvent sur la même balance.

Rien n'est jamais facile dans la vie, choisir de se faire opérée n'est pas facile. C'est une décision mûrement réfléchi. Il n'est jamais facile de prendre se genre de décision, mais il faut voir les choses sur le long termes. Dans quelques mois, je pourrai refaire des choses que je ne fais plus depuis des années et des années. C'est une décision prise pour ma qualité de vie et mon bonheur personnel.

D'un autre côté, oui j'ai pleinement conscience des risques. Mais quelle opération ne l'est pas? A la moindre anesthésie générale, vous prenez le risque de ne pas vous réveillez. Vous prenez le risque d'avoir des complications. Bref, tout est risqué. Mais pareil dans la balance il faut prendre en compte la qualité de vie et l'épannouissement personnel.

Certains pensent peut-être (à tord) que l'on joue l'opération à pile ou face, mais c'est une décision à la fois difficile mais très libératrice à prendre. Parce que "NON" je ne cède pas à l'effet de mode et "OUI'" j'ai pleinement conscience du risque, et du fait de devoir prendre des médicaments à vie. Mais vous savez quoi?! Des médicaments, j'en prends déjà quasi-quotidiennement pour mes douleurs, donc à choisir entre dafalgan codéiné et vitamines ... Je ne vais pas vous faire de dessin!

Et puis avant de juger, prenez le temps de discuter avec la personne :)  Le soutien est primordial dans cette démarche. Un peu de positivité dans ce monde toujours de plus en plus négatif ;)

:p